05 avril 2017

Notes pour plus tard #4 : Le vin est ce qu'il y a de plus civilisé au monde

... Disait Rabelais.  Comme son nom ne l'indique pas, l'œnologie est une science qui parle du vin*. On pourrait ainsi croire qu'il est possible de picoler pour se rapprocher de la science, mais ce n'est pas le cas, comme je l'ai découvert à la faveur d'un beau cadeau reçu à mes 30 ans, pile 5 ans avant de plonger dans le débit de boisson. "La plupart du temps, nous sommes des buveurs. Mais aujourd'hui vous allez commencer votre travail de dégustateurs. Les buveurs sont des jouisseurs, ce que nous sommes couramment, les... [Lire la suite]
Posté par rasputain à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 décembre 2015

Notes pour plus tard #3

1er juin 2003, un dimanche. Il fait une chaleur de plomb et j'embauche le lendemain pour mon tout premier vrai boulot. Je décide de repérer les lieux histoire de ne pas foirer mon entrée en scène, et je pars à vélo pour profiter du soleil. Après avoir pédalé une bonne dizaine de kilomètres sur divers bitumes franciliens tous plus hostiles les uns que les autres, je débarque enfin sur le site, crevée et dégoulinante. Les vélos sont autorisés, je pénètre. Dès l'entrée une foule m'assaille, j'avance avec difficulté et suis bien vite... [Lire la suite]
Posté par rasputain à 10:57 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
12 novembre 2015

La paire et la parité

Je n'ai qu'un souvenir de ces cinq journées entre les griffes des terribles "formateurs", dont deux dédiées à la "méthodologie de projet" par un "consultant méthodologue" (comprenne qui pourra, et beaucoup le pourront, ce supplice est hélas ordinaire) : j’ai été obligée de m’occuper l’esprit pour ne pas le perdre. Dans un premier temps, comme tout un chacun, je me suis absorbée dans la scrutation des primates qui m’entouraient. Il y avait là une dizaine de males et pas moins de femelles, tous aussi semblables et divers les uns que... [Lire la suite]
Posté par rasputain à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 juin 2015

2005 (ou "Comment j'ai compris la vie à 28 piges")

On finit toujours par se retourner. On regarde nos petits souvenirs de loin, on les mélange aux grands, ceux des bouquins, ceux des copains, ceux des films... Puis l'on se rend compte qu’après tant de chansons et de larmes, finalement, entre l'amour propre et celui d'autrui il n’y a qu’un pas, et qu'on franchit toujours le premier avant le second. Puis plus tard, on se rend compte que non, en fait. Les sentiments ne sont pas qu’affaire d’hormones et d’ego, de corps en non rencontres, de narcissismes en goguette… On s’était menti.... [Lire la suite]
Posté par rasputain à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 janvier 2012

Notes pour plus tard #2

Entre l'obtention de mon dernier diplôme et le premier emploi conforme, j'ai passé sept mois à vivre de l'intérim dans les métiers de la restauration. Mon expérience dans ce domaine et ma bonne tenue me destinaient au départ au poste le plus prestigieux qu'offrait la précarité de cette situation : celui de chef de rang. En théorie un chef de rang dirige l'équipe des serveurs. En pratique, le personnel intérimaire est corvéable à merci mais il a cet inconvénient de ne pas vraiment connaître la finesse du milieu hôtelier, sans quoi il... [Lire la suite]
Posté par rasputain à 00:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 janvier 2012

Notes pour plus tard #1

A la maternelle je me battais beaucoup. D'après mes parents j'avais un paquet de fiancés et même quelques fiancées, que je rossais et bisouillais indifféremment avec beaucoup de générosité. Puis à la maison je me baladais souvent dans le plus simple appareil, ce qui m'avait fait hériter du sympathique surnom de "poiliste" de la part de mon grand-père. Je ne saurais dire à quel âge j'ai perdu à la fois le goût de la baston et de l'exhibition mais c'était bien avant la préadolescence. Je me souviens seulement d'un printemps... [Lire la suite]
Posté par rasputain à 00:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 juin 2010

Rions en attendant la mort

... disait Desproges. Mais il y en a qui tirent un peu la gueule quand même. Certes nous avons largement passé le quart de siècle, derrière les preuves et bientôt des épaves. Mais en vérité nous sommes toujours fringuants, voire bien mieux fringués. En vérité la vie semble couler comme par gravité vers telle ou telle affaire jugée sérieuse mais finalement n'aurait-on pas atteint l'âge de laisser pisser ? A vous entendre tas de zombies on se croirait tous les jours dimanche, cette journée moisie où l'on peut même pas oublier qu'on... [Lire la suite]
Posté par rasputain à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :