J'aurais sûrement pu gagner un Nobel ou faire la poussière sur les bouquins. Aimer béatement des millions de gens. Les égorger tous, un par un. Evider des montagnes d'obstination, y creuser des galeries à mains nues, nourrir tous les affamés de la planète de cet or mort. Ranger les fringues d'hiver. Changer les joints de la salle de bain. Dégivrer le frigo. Ecrire une encyclopédie complète des sentiments, toute en calligraphie avec des enluminures incroyables et de grosses lettrines à l'encre bleue. Fabriquer des cupcakes en carton rose et obliger tous mes proches à les manger avec le sourire. Sauver des tortues marines. Apprendre à jouer de la flûte. Griller librement mes neurones sur l'autel du productivisme ou caresser ma cage thoracique jusqu'à ce qu'elle s'ouvre, en retirer délicatement mon coeur et lui offrir. Faire sa connaissance, au lieu de lui raconter des bêtises.